LES ETRANGERS FAMILIERS, un salut à Geaorges Brassens